Les déboires de la « patache » El Buen Jesús dans la Mer du Sud (1648)

Litografía de el puerto de Acapulco en 1628, Adrián Boot, via Wikicommons

Le galion de Manille ou Nao de China, qui relie Acapulco à Manille depuis 1570, boucle le premier circuit commercial planétaire en reliant deux continents depuis plusieurs millénaires séparés : l’Amérique et l’Asie. Avec cette route, des produits et des hommes peuvent désormais faire un tour du monde. Le commerce du Pacifique alimente en métal argenté la grande puissance chinoise (avec sans doute un tiers de la production américaine de Potosí, Zacatecas et San Luis Potosí).

Cette route je l’aborde au travers d’une traversée presque anecdotique rappelant les « frictions d’empire », car s’il y a circulation c’est au prix de longs et périlleux voyages, dans des embarcations souvent précaires.

Cite this article as: Guillaume Gaudin, "Les déboires de la « patache » El Buen Jesús dans la Mer du Sud (1648)," in Sucesos de Filipinas, 09/10/2017, https://filipinas.hypotheses.org/17.

Qu’est-ce qu’une patache?

Je ne suis pas un fameux trois-mâts, comme on en voit, une fois l’an, traverser le Pacifique d’Acapulco à Manille, chargé de 1000 tonneaux de métal argenté à échanger contre de la soie et des porcelaines chinoises.

Soy el patache El Buen Jesús, un navire de guerre à deux-mâts, rapide, léger et à faible tirant d’eau. Je suis faite pour le cabotage et on m’utilise normalement pour la surveillance des côtes et pour transporter rapidement des nouvelles et des informations « avisos ». Mon étymologie vient peut-être de l’arabe « baṭṭāš », qui signifie « agile ».

Construite à Panama, on m’envoie en 1648 à Acapulco, je dois y embarquer le comte de Salvatierra, vice-roi de Nouvelle Espagne, pour exercer la même fonction au Pérou. Mais Salvatierra s’inquiète de la rupture prolongée de la liaison avec Manille : aucun bateau n’est parti depuis 1646 vers les Philippines : il décide de m’acheter au compte du roi et de m’envoyer aux Philippines comme navire d’aviso. J’ai pour mission à la fois d’apporter un secours en argent à Manille et de rapporter la nouvelle de si oui non les Philippines étaient tombées aux mains des Hollandais.

Je jauge 260 tonneaux, alors que les galions généralement employés en faisaient 1 000, la Nuestra Señora de la Concepción qui fit naufrage en 1638 dans les îles Mariannes faisait, elle, 2 000 tonneaux !

Route empruntée par le Galion de Manille

Lorsque je fais voile vers l’ouest le 8 avril 1648, je suis plein à ras bord de marchandises et de passagers qui patientent depuis deux ans à Acapulco, mais surtout d’argent (on trouve parfois les fameuses pièces de pesos de a ocho dans les chaussures des passagers). Les 107 passagers tiennent à peine tous sur le pont, dorment à la belle étoile. J’embarque également une mission de trente dominicains dont Fray Domingo Fernández de Navarrete, venu d’Espagne, pour se rendre en Chine… plus tard auteur des Traités historiques de la Monarchie de Chine /Tratados históricos de la Monarchia de China (Madrid, 1676).

Le voyage du Buen Jesús

Le jour de mon départ une lettre de Juan de Palafox, le fameux évêque de Puebla, informe les voyageurs de la prise des Philippines par les Hollandais ; qu’à cela ne tienne (tiens bon la vague, tiens bon le vent…) nous irons jusqu’à Manille : c’est parti pour 16 000 kilomètres et deux mois et demi de traversée, dont une bonne partie sans espoir d’escale, donc le scorbut, la dysenterie et un taux élevé de mortalité à bord!

Mon pilote est le portugais, Fulano Antunez, quelqu’un de fiable, même si du fait de ses origines tout le monde se méfie de lui.

Le premier jour, je suis portée par un bon vent et nous perdons de vue la côte. Puis pendant 8 jours pas un brin d’air. Grâce aux litanies et Te Deum, le vent, pardon, la Providence me pousse ensuite pendant 24 jours ; pour aller plus vite, on jette à la mer des caisses de provisions, des poulaillers. Nous faisons étape dans les Mariannes, avant d’atteindre l’archipel des Philippines et d’accoster dans la région de Baler (voir carte) où des indigènes nous informent de la présence de quatre navires hollandais. Deux « indios ladinos » (indigènes parlant le castillan) nous guident à la voile plus au sud à Lampon.

Arrivée du patache sur la côte orientale des Philippines

Un coup de vent m’échoue sur la plage. La menace hollandaise se faisant imminente, les passagers quittent le navire. Avant d’arriver à un couvent franciscain d’Apanguiel, les Espagnols marchent 4 jours dans la jungle escarpée, sous la dense pluie tropicale, ils bivouaquent sous des feuilles de palmiers. En juillet, les passagers du Buen Jesús arrivent à Manille, à pied…

Pendant ce temps, les Hollandais me découvrent et les membres de l’équipage restés pour me garder me mettent le feu. Ici deux témoignages divergent : d’après Fernández de Navarrete je brûle en 30 minutes et avec moi 36.000 pesos du roi et un peu de sa réputation ; alors qu’un rapport du gouverneur général des Philippines du 27 mai 1651 affirme qu’« après avoir sorti l’argent et les marchandises, ils mirent le feu » [AGI, Filipinas 330, L.4, f.255v.]. Le gouverneur reproche néanmoins l’amateurisme du capitaine du navire qui n’est pas allé au combat [AGI, Filipinas 9, R.1, N.6, transcription ci-dessous]. Une réputation du Roi Catholique, Philippe IV, déjà bien entamée au moment où à l’autre bout de la planète on avait déjà signé la paix de Münster le 30 janvier 1648 qui mettait fin à la guerre de Quatre-Vingts Ans entre le roi d’Espagne et les Provinces Unies… mais ça en juin 1648 aux Philippines, Hollandais et Espagnols ne le savaient pas encore.

Ce texte a été présenté lors du festival L’Histoire à Venir, à Toulouse le 21 mai 2017.

Transcription et modernisation du rapport du gouverneur au Conseil des Indes

Lettre du 31 juillet 1649, Manille, AGI, Filipinas, 9, R.1, N. 6

El patache en que este socorro vino, que fue providencia de Dios no dar en manos del enemigo antes que tomase puerto, porque se hallaba con gruesa armada en las islas infestándolas, la quemó la persona que venía por cabo del, después de haberse sacado la plata de Vuestra Majestad y parte de algunas municiones que traía. Causa de su poca prevención, falto de valor y ninguna experiencia en la milicia, por no haber militado ni tenido nunca otro ejercicio en la Nueva España y en estas partes el tiempo que aquí estuvo, que ser mercader. Y no obligado del holandés, que sabido del paraje donde estaba intento tomarlo con solas dos lanchas en que iba alguna infantería por no serle posible (según la parte donde estaba por ser estrecha y de muy poco fondo) hacerlo con otros bajeles de parte que siendo reconocido por ellas y disparándole algunos tiros de arcabuz, y el respondidoles con otros sin muerte de persona alguna de una parte a otra. Se retiraron a sus naos. Y presumiendo según su juzgar que volvería con más pujanza inadvertido que de cualquier que cobrara se pudo defender por habérsele socorrido de que con bastante infantería, y ordenadole anticipadamente (luego que llegó a dar fondo) hiciese todas las prevenciones necesarias para su defensa y ofensa, que lo pudo ejecutar con facilidad impidiendo el paso des estero donde estaba para entrarle con cantidad de indios que se dispuso le asistieran, y con la infantería que se le remitió  (que todo excusó por estar embarazado en poner en cobro la plata, y otras mercadurías que trajo fuera de registro para su trato). Determinó apegarle fuego estado todavía en el parte de algunas municiones que quedaban por desembarcar a horas de las ocho de la noche. Acción tan fea como murmurada de diferentes naciones que han llegado a saberla. (…)

Sources et bibliographie

  • Arcos, Maria Fernanda G. de Los, et Jean-Pierre Berthe. « Les îles Philippines, « troisième monde », selon D. Francisco Samaniego (1650) ». Archipel 44, no 1 (1992) p.141‑152.
  • Fernández Navarrete, Domingo, Tratados historicos, politicos, ethicos y religiosos de la monarchia de China, en la Imprenta Real por Iuan Garcia Infançon, 1676, p. 300-303.
  • Sales Colín, Ostwald. El movimiento portuario de Acapulco: el protagonismo de Nueva España en la relación con Filipinas, 1587-1648. Mexico: Plaza y Valdes, 2000.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search