Le saint Enfant Jésus de Cebú, au commencement de la conquête des Philippines

Image du Sto. Niño de Cebú – Wikipedia – CC0 Creative Commons

En 1563 se conclut le Concile de Trente. Cette grande réunion de l’Église catholique décide de promouvoir des cultes universels, comme celui de la Vierge, mais également encourage les dévotions locales de saints. Á l’autre bout du monde, aux Philippines, lors des premiers contacts avec les populations locales des îles Visayas en 1565, une image sainte apparaît aux Espagnols : le Santo Niño de Cebú. A partir de ce moment commence la conquête, qui va de pair avec l’évangélisation des Philippines.

Cite this article as: Thomas Calvo, Paulina Machuca, Guillaume Gaudin “Le saint Enfant Jésus de Cebú, au commencement de la conquête des Philippines” in Sucesos de Filipinas, 19/06/2018, https://filipinas.hypotheses.org/217.

Vu de 2018, la christianisation de ce gigantesque archipel sud-asiatique est un succès. Les Philippines sont aujourd’hui l’unique pays catholique d’Asie : plus de 80 % de la population est catholique, soit le 3e pays catholique du monde après le Brésil et le Mexique.

La procession du Santo Niño de Cebu, le Sinulog, est la troisième manifestation religieuse du pays (après la Vierge de Pañafrancia, région Bicol, Luzon) et la procession du Nazaréen Noir vers la basilique mineure Quiapo, la plus grande paroisse de Manille (autour d’une statue du Christ noir). La procession de Cebú est la plus ancienne. Les pèlerins participent le matin à une procession fluviale. L’après-midi, ils suivent un parcours de cinq heures avant la grande messe à la basilique des augustins. La petite statue de l’Enfant Jésus est alors donnée aux évêques et aux prêtres qui dansent au rythme des chants repris par tous : manifestation du syncrétisme, mélange de croyances et de rites locaux et chrétiens, autour du culte et de sa grande popularité.

1521 : Magellan et les origines du mythe du “Santo Niño de Jesús”

Le 20 septembre 1519, l’expédition de Fernand de Magellan lève l’ancre de Sanlúcar de Barrameda (Andalousie) et entame son fameux tour du monde. Le 7 avril 1521, l’armada entre dans le port de Cebú. Elle est bien accueillie par les populations locales. Des cadeaux sont échangés avec le raja Humabón et la reine Humamay qui se font baptiser avec 800 autres personnes. Le marin italien Antonio de Pigafetta est présent ce jour-là et rédige ensuite la chronique de l’expédition. Il écrit à cette occasion :

et je montrai à la reine une petite image en bois de la Vierge avec l’Enfant Jésus, qui lui plut et en larmes elle demanda le baptême. (…) Elle me la demanda pour la placer avec ses idoles, et lui donnai de bon cœur1.

Elle ajoute l’image chrétienne aux divinités qu’elle adore, à son panthéon animiste. Les habitants des Philippines croient en effet que les animaux, les objets et les phénomènes naturels ont une âme.

Tous les Philippins ne sont pas aussi accueillants que Humabón et Humamay. Beaucoup se méfient des intentions des Européens, qu’il voit comme des envahisseurs. Fernand de Magellan meurt sur l’île de Mactan le 27 avril 1521 sous les flèches des hommes du roi Lapu-Lapu, qui avait refusé de se soumettre. Sebastián Elcano, officier survivant de l’expédition, prend la tête de l’armada et réussi à ramener au port de Sanlúcar, le 6 septembre 1522, la Victoria avec 17 survivants.

1565 : la création de l’image sainte au commencement de la conquête des Philippines

A Cebú, l’idole attendait son heure. Le roi Philippe II organise une nouvelle expédition vers les Philippines avec pour objectif principal de trouver le voyage de retour vers l’Amérique et concurrencer les Portugais installés sur l’îles aux Epices, les Moluques. L’armada de Miguel López de Legazpi partie des côtes mexicaines en 1564 trouve refuge à Cebú en avril 1565. L’équipage affamé, faute de recevoir l’aide des populations locales, ressort les mêmes recettes de la Conquête du Mexique et du Pérou : la violence et la brutalité. Toute cela après les Lois nouvelles de 1542 obtenu par Las Casas…

Le 28 avril 1565,

après avoir chassé les Naturels de ce village [euphémisme pour massacrer] y qui le laissèrent à l’abandon, fuyant la terre , et dans l’une des maisons les plus pauvres, humbles et petites, où entra Juan de Camuz, naturel de Bermeo, marin du navire capitaine, y trouva une image de l’Enfant Jésus dans une caisse de bois de pin et son chapeau de frange en velours, de laine colorée, de ceux que l’on fait en Flandres, et une chemise à volants, et le deux doigts de la main droite levés comme quelqu’un qui bénit, et dans l’autre son globe sans croix et son collier d’étain doré

Procès-verbal de découverte de l’image dressé par Legazpi le 16 mai 1565.

Il ne s’agit donc pas de la même image décrite par Pigafetta d’une Vierge à l’Enfant, c’est un Enfant Jésus (d’après ses attributs comme le globe il s’agit de l’Enfant Jésus de Prague) : le débat n’est pas clos sur cette quesiton. Magellan avait distribué toute sorte d’images… Surtout c’est le mythe qui est en train de s’écrire : avant d’être redécouvert par les Espagnols, le Saint Enfant diffuse son pouvoir sur la population des païens, avec dévotions et miracles. Il existe en effet plusieurs légendes locales autour de la réapparition du Santo Niño qui aurait été pris dans les filets d’un pécheur puis aurait eu des pouvoirs de guérison.

En 1565, la découverte suscite le grand étonnement des Espagnols qui y voit naturellement un signe divin favorable à leur entreprise. Une confrérie est immédiatement créée et Legazpi devient un fervent dévot de l’image de l’Enfant Jésus. Surtout la première église fondée aux Philippines est dédiée à cet Enfant Jésus. Immédiatement l’ordre des Augustins, seuls présents avec ces 5 frères dont Andrés de Urdaneta devient le gardien et le promoteur de la statuette et de son culte.  En 1571, quand Legazpi obtient le droit de fonder une ville, Cebú devient la Ciudad del Santísimo Nombre de Jesús.

L’image découverte n’est pas exempte de contradictions : offerte à des rois, elle est retrouvée dans une maison des plus humbles ; néanmoins, sa parfaite conservation (avec ses vêtements) témoignerait de la vénération dont elle a fait l’objet. La croix sur le globe a néanmoins disparu, la croix était le symbole le plus fort promu par Magellan : les Cébuans l’avaient-ils ôté pour cette raison ? Symbole de paix dans le cadre d’une conquête, témoignage de l’exploit de Magellan et de son échec, vecteur de foi universel et d’identité locale. C’est le Santo Niño de Cebú.

Festival de Sinulog – Cebu City – Wikipedia – CC0 Creative Commons

Pour aller plus loin:

Antonia Castro Mateos, «Una aproximación Histórica Antropológica al Fenómeno Religioso Filipino: El santo Niño de Cebú (versus: Santo Niño de Praga). Sincretismo e identidad cultural en Filipinas». Zainak. Cuadernos de Antropología-Etnografía, n.o 28, 2006, p.223-41.

Paulina Machuca et Thomas Calvo, « El Santo Niño de Cebú entre costa y costa: de Filipinas a Nueva España (1565-1787) », Lusitania Sacra, 2012, p. 53‑72.

  1. « Le mostrai una immagine de la Nostra Donna, uno bambino di legno bellissimo e una croce : per il che le venne una contrizione che, piangendo, domando lo battesimo (…) Ne domando il bambilno per tenerlo in loco de li suoi idoli ; e poi se parti sul tardi. » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.