Premiers contacts entre Célèbes-Sulawesi et les Ibériques au XVIe siècle

Le 28 septembre dernier un terrible tremblement de terre de magnitude 7,5, suivi d’un tsunami, a touché la grande île de Sulawesi en Indonésie. On compte au moins 2 073 morts, 5000 disparus et près de 10000 blessés. Cette île aujourd’hui peu connue en Europe (en dehors peut-être des Pays-Bas) fait pourtant partie de l’horizon des Ibériques depuis le début du XVIe siècle.

Cite this article as: Guillaume Gaudin, "Premiers contacts entre Célèbes-Sulawesi et les Ibériques au XVIe siècle," in Sucesos de Filipinas, 25/10/2018, https://filipinas.hypotheses.org/270.
L’île de Bunaken vue de l’île de Manado Tua au nord de Célèbes, via Wikimedia Commons.

Origines

L’île des Célèbes, aujourd’hui Sulawesi, est la troisième île de la Sonde par sa superficie. Son relief et ses côtes sont particulièrement tourmentés : le point culminant le mont Rantekombola atteint 3455 m. L’île est soumise à une des plus fortes sismicités du globe, car elle se trouve à la limite des plaques continentales eurasiatique et indo-australienne. De profonds golfes séparent les longues presqu’îles qui se raccordent difficilement. Au Nord, la péninsule de Minahasa, au sud, l’espace le mieux connu du royaume de Macassar.

Pendant longtemps, les Ibériques ont cru qu’il s’agissait d’un archipel. Le climat est tropical et la forêt dominait autrefois le paysage… La riziculture constituait (et constitue toujours) la principale production.

Les forêts sont remplies d’ébéniers, de bois de calambuc, de santal et d’autres espèces dont on se sert pour teindre en vert et en écarlate : cette teinture est si vive et brillante qu’elle surpasse toutes celles qui se font en Europe. Mais le bois le plus commun, c’est celui de charpente et de menuiserie (…). On trouve aussi dans ces forêts une grande quantité de bambous, ce sont des cannes fort droites qui peuvent avoir quatre ou cinq toises de hauteur, si solides et si dures quand elles sont à maturité que les naturels du pays en font des cabanes, des petits bateaux et des flèches.

Nicolas Gervaise, Descriptions historique du royaume de Macassar, 1688

La population et la culture malaises de l’île ont connu une indianisation à partir du Ve siècle avec le développement du bouddhisme dans l’aristocratie. Cette acculturation n’a pas partout pénétré et la population resta longtemps animiste, même après la diffusion de l’islam au XIV-XVe siècle. Macassar est alors un sultanat. A cette même époque se développe le royaume de Gowa au sud-est de Macassar, dont le premier souverain est une femme, Karaéng Taka’basia.1 La péninsule du nord est tournée vers la mer de Célèbes, les Moluques et Mindanao ; elle est politiquement et culturellement hétérogène. Le royaume de Manado est le plus important ; dans l’hinterland montagneux règnent différentes tribus, la principale est celle de Tondano au bord du lac du même nom où les Espagnols comptent 700 maisons. Le nord et le sud des Célèbes appartiennent donc à deux aires géopolitiques distinctes : les Moluques et Java.

Les Ibériques devinent Célèbes depuis le pont de leurs navires

La première mention de Célèbes apparaît dans la Somme Orientale de Tomé Pires en 1512 sous le nom « îles de Macaçar ». Les Portugais viennent de prendre position aux Moluques, les fameuses « îles aux Epices », principalement pour le commerce du clou de girofle. Pirés propose une route passant par Macassar pour rejoindre les Moluques depuis Malacca, mais elle n’est jamais empruntée d’où l’absence de Célèbes sur les cartes. Côté espagnol, l’expédition de Magellan passe dans cette région pour rejoindre les Moluques en octobre-novembre 1521. Pigafetta mentionne dans sa relation plusieurs îles des archipels de Kawio et de Sangir qui s’étiolent entre le cap Pulisan (à l’extrémité nord-est des Célèbes) et le cap Tinaca (sud de Mindanao).

En 1523, Simão d’Abreu établit un contact visuel avec le nord des Célèbes, Menado Tua, en rentrant de Ternate pour Malacca. On pense que Célèbes Sud et Nord forment deux archipels. En 1525, Gomes de Sequeira passe au nord des Célèbes lors d’une expédition vers les Carolines, peut-être les Mariannes, et l’Australie. Dans des cartes portugaises anonymes de 1535, et 1537 sont dessinées des bribes de côtes sous le nom « Os Celebes » et « Os Macaçares »2 . Le contour complet de l’île n’apparaît que dans les années 1560.

Andrés de Urdaneta (1508-1568), membre de l’expédition espagnole de García Jofre de Loyasa partie de La Corogne en 1525, évoque les Célèbes dans une Relation. Urdaneta a en effet longuement séjourné aux Moluques entre 1527 et 1535. Il a peut-être participé à une expédition à l’initiative du gouverneur des Moluques Tristão d’Ataide en 1534.

Il y a aussi de la canelle dans les îles des Célèbes, et dans toutes celles-ci du gimgembre. Aussi, nous savons qu’il y a du poivre dans certaines de ces îles des Célèbes. Et en démarrant le commerce de tout cela, il y aurait une grande abondance. En plus de ces épices, il y a d’autres nombreuses drogues et choses de grande valeur, en omettant que, dans beaucoup de ces îles, il y a de l’or.3

Avis sur le voyage des Moluques d’Andrés de Urdaneta pour le vice-roi de la Nouvelle Espagne, Antonio de Mendoza, vers 1540, Archivo General de Indias

Mont Tongkoko au nord de Célèbes, via Wikimedia Commons.

Moi-même et Macías del Poyo, pilote qui était resté en ma compagnie, étions aux Moluques jusqu’en février 1535. Le capitaine des Portugais voulait nous gader aux Moluques, parce qu’il souhaitait  envoyer aux Célèbes une caravelle, et il voulait nous y envoyer avec elle. Cela parce que des Indiens de certaines îles des Célèbes l’avaient informé où se trouvait beaucoup d’or dans l’archipel des Célèbes. Il apprit aussi que dans ledit archipel il y avait beaucoup de bois de santal, car [les Indiens] apportèrent un échantillon au dit capitaine des Portugais. Ce santal est une marchandise très juteuse pour l’Inde portugaise, parce que s’il est grand et gros, le bahar vaut quarante ducats à Malacca.4

Relation du Voyage aux Moluques ou îles aux Epices, par Andrés de Urdaneta, 1537

Premiers contacts avec les Portugais et projet d’évangélisation de François- Xavier

En 1540, deux nobles des Célèbes visitent Ternaté et reçoivent le baptême. En 1544, le marchand Antonio de Paiva (accompagné d’un casado) voyage aux Célèbes, il débarque à Sião (Siang, près de Pangkajene) et rencontre le seigneur de Suppa’ avec une cargaison à négocier contre du santal. Il est reçu avec les honneurs d’un ambassadeur et le seigneur local est curieux du christianisme, il demande des explications pour sa cour. Le baptême du roi de Suppa’ a finalement lieu, il prend le nom de Don Luis. Le souverain de Siang se convertit lui aussi avec 30 autres dignitaires, il prend le nom de Don João. Paiva repart à Goa avec des émissaires des deux rois demandant des missionnaires. Sur sa route, Pavia rencontre François-Xavier à Cochin en janvier 1545, lequel décide de se rendre aux Célèbes5 . Mais la situation est défavorable, l’attente des moussons est trop longue, et le jésuite change ses plans…

Saint François Xavier retrouve son crucifix apporté par un crabe après une tempête sur la route de Malacca en 1546. Eglise du Gesú, Rome, via Wikimedia Commons

Une mission est envoyée dès 1545 autour du père Viegas, administrateur apostolique de l’église de Malacca. Celui-ci se rend à Siang, puis dans un État voisin où il baptise le souverain Tallo’. Mais coup de théâtre ! Ici relaté par le spécialiste français de Sulawesi, Christian Pelras : « Lorsque le P. Viegas s’apprête à prendre congé de son hôte, le seigneur de Bacukiki, chez qui il a résidé avec Manuel Pinto pendant plus d’une année s’élève un grand tumulte : on s’est aperçu que la fille du seigneur de Suppa’ Vesica, connue depuis son baptême sous le nom de Dona Elena, s’est embarquée secrètement dans la jonque en compagnie de João de Eredia ‘à qui elle s’était fiancée contre le vœu de ses parents’. Pour éviter toute effusion de sang, le Père précipite le départ, et le bateau met aussitôt les voiles. C’est à Malaka qu’on célébra officiellement le mariage entre l’officier portugais et la princesse bugis, qui lui donnera quatre enfants, une fille, Anna, et trois garçons : Domingos, Francisco Luis, et surtout Manuel (Godinho de Eredia), l’auteur de la ‘Description de Malaka’ et de la ‘Khersonèse d’Or’. »

Vers 1559, les relations diplomatiques reprennent via une délégation porteuse de lettres de Dona Elena Vesiva bien accueillie à Bacukiki : le commerce reprend avec Malacca. En 1563, le premier jésuite, Fr. Diogo de Magalhães, est envoyé à Manado où il baptise les rajahs de Manado et Siau (archipel de Sanghir). En 1564, le peuple de Siau se soulève contre son roi qui demande de l’aide aux Portugais des Moluques. Cette aide arrive seulement en 1568 et réussit à remettre le roi son sur trône. Un jésuite, Fr. Pêro Mascarenhas, accompagne cette entreprise.

C’est le moment où les Espagnols s’installent aux Philippines, puis fin XVIe-début XVIIe siècle, les Hollandais lorgnent sur les Célèbes. Une histoire que je développerai peut-être à une autre occasion…

Jakob van der Schley, Carte des Isles Philippines Celebes et Moluques. 1737, via Wikimedia Commons

Quelques documents

Lettre du jésuite Luís Fróis aux jésuites du Portugal, Malacca, 19 novembre 1556

E porque seria exeder o modo aver meudamente de tratar de cada cousa per si, dar-lh’ei somente novas de outras terras, de que ho Irmão Nicolao Nunez me afirmou, onde há grande numero de almas per didas sem conhecimento de seu Criador, antrc as quaes há numa gente que se chamão selebes, onde há hum rei christão que se chama El-Rei do Manado ‘ ». Em esta terra dizem que há muito ouro, mas nenhum de valor infinito « , porque ignorão todos ao Summo Bem. He gente bem desposta e bem acondisionada, mas não tem nem huma só pessoa pêra que lhes diga : fazei-vos christãos.

Alem destas terras hai outras que se chamão os Maquaçares, on de há três reis christãos. Estes, Irmãos meus, estão sem ninguém que os ensine, nem baptize, nem instrua na fee, e à mingoa de operários se perdem ‘ ». E se dizeis, Charissimos, por que lhe não acodem do collegio de Goa, teríeis muita rezão se ouvese quem mandar ; mas se ainda muitas vezes faltão pêra as necessidades de casa, que será per’acudir fora?

Lettre du jésuite Niculau Nunes aux jésuites d’Inde, Ternate, 20 février 1569. 

Hé esta terra dos Celebes de mui grande grandeza de ilhas mui grandes e tem infenitos reis todos gentios, nos quais não haa mais trabalho que doutrinar e bauptizar. Hé terra muito abastada. A gente simplex e de grandes corpos, gente mais vermelha que negra, de boa disposisão e proporção. Sam inquietos por causa dos muitos reis, os quais como tiverem a lei do Criador facilmente se aquietarão. He nesta terra, charissimos Irmãos, onde se podem bem exercitar seus santos desejos e fervores que nesse collegio tem, com aumentarem nella muito numero de eleitos que podem morrer bauptizados, ainda que não sejão mais que os meninos, que hé o muito que agora o P.e Pêro Mascarenhas pode acodir naquelles três reinos jaa christãos ; por onde podem enten der a grande mingoa que há quá de obreiros, que hum soo Padre acode a três reinos, afora outros que lá podem pidir o baptismo.

Extrait de la Conquista de las islas Malucas, Madrid, 1609

En 1609, Bartolomé Leonardo de Argensola, dans sa Conquista de las islas Malucas présente sous un mauvais jour les habitants des Célèbes :

Son los Celebes sucios y torpes en sus costumbres. Parte la Equinoccial su isla, llena de pequeñas poblaciones : en cada casa posa todo el linaje. Cuelgan en las paredes las cabelleras de los que mataron en la guerra, y el número de ellas aumenta el honor. Producen infinitas monstruosidades : una de ellas es cierto árbol de anchísima copa ; a quien se acuesta debajo de ella, hacia el Poniente, lo mata la sombra si luego no se vuelve a acostar en la parte de Levante, y la misma sombra variada es el antídoto, en cuatro palmos de distancia. Hay en estos pueblos mancebías nefandas, aunque Ternate no está infamada de este vicio.

Bibliographie

Nicolas Gervaise, Description historique du royaume de Macassar, introduction et notes de Jean-Pierre Duteil, Paris: EdKimé, 2003.

Manuel Godinho de Erédia. Malaca, l’Inde méridionale et le Cathay, manuscrit original autographe [de Manoel Godinho de Eredia]… reproduit en fac-similé et traduit par M. Léon Janssen,… avec une préface de M. Ch. Ruelens,… Bruxelles: C. Muquardt, 1882. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55010595v.

Hubert Jacobs (ed.) Documenta Malucensia (1542-1577). Monumenta missionum Societatis Iesu, Missiones Orientales. Rome: Institutum Historicum Societatis Iesu, vol.1, 1974.

Christian Pelras, « Les premières données occidentales concernant Célébes-Sud. » Bijdragen Tot De Taal-, Land- En Volkenkunde, vol. 133, no. 2/3, 1977, pp. 227–260.

  1. La Side’ Daéng Tapala, « L’expansion du royaume de Goa et sa politique maritime aux XVIe et XVIIe siècles ». In: Archipel, volume 10, 1975. pp. 159-171. www.persee.fr/doc/arch_0044-8613_1975_num_10_1_1247 []
  2. On peut voir ces cartes ici, au milieu de l’article: https://doi.org/10.3406/arch.1995.3038 dans Thomaz, Luis Filipe F. R. «The image of the Archipelago in Portuguese cartography of the 16th and early 17th centuries». Archipel 49, n.o 1 (1995): 79-124. []
  3. « Tambien ay canela en las yslas de los Çelebes y en todas ellas gingibre y tanbien se tiene notiçia que ay pimienta en algunas de [e]stas yslas de los Çelebes que començandose las contrataçiones de todo habria abundançia grande y demas de [e]stas espeçias ay otras muchas drogas y cosas de mucho ualor dexando aparte que en muchas de las yslas ay oro. » AGI, Patronato 46, R.10 []
  4.  « Estuvimos en Maluco yo é Macías del Poyo, piloto que habia quedado en mi compañia, hasta Hebrero de 535, y el capitan de los portugueses quiseiéranos detener en Maluco, porque queria invia a los Célebes una carabela, é nos queria inviar en ella, porque tuvo noticia por unos indios célebes de unas islas donde hay mucho oro en el archipiélago de los Célebes, e asi mismo tuvo noticia que en el dicho archipiélago habia mucha madera de sándalo, e trugieron muestra dello al dicho capitan de los portugueses. Este sándalo es una mercaduria muy gruesa para la India de Portogal, porque si es grande é grueso vale el bahar cuarenta ducados en Malaca. » []
  5. Lettre de François Xavier aux jésuites de Goa, Malacca, 16 décembre 1545. « Con el Padre Comendador ‘ vos escrevi largamente como estava de partida para el Macasar; y por seren Ias nuevas de llá no tan buenas como pensávamos, no fui allá, y voy para Ambueno adó ai muchos christianos y mucha desposición para se hazeren más… Lettre de François Xavier à Juan de Beira, Malacca, 20 juin 1549 se algumas partes, como no Macaçar, ou em Totole [Toilitoli], ou nos Cellebes, ou por aquellas partes a disposição que há pêra acrecemtar nossa santa fee, e el-rei [Hairun] o favo[r] e ajuda que daa. » []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Jean-Louis Margolin dit :

    Article bien mené et très intéressant. Pouvez-vous me mettre sur votre liste?

    • Guillaume Gaudin dit :

      Cher collègue, merci. Je ne suis pas spécialiste et je voulais simplement rendre compte des faits. Heureux que cela vous plaise.
      De quelle liste parlez-vous ?
      Cordialement,
      GG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search