Fake news dans la monarchie catholique : les nouvelles de la « Pacification » de Mindanao à Madrid

En 1639, le Conseil des Indes est confronté à un afflux de nouvelles divergentes concernant l’expédition militaire du gouverneur des Philippines, Sebastián de Hurtado Corcuera, à Mindanao. Alors que Corcuera a travaillé pour sa propre gloire en élaborant une stratégie de communication fondée sur des mémoires manuscrits et imprimés, son ennemi Jerónimo de Bañuelos y Carrillo réussit à imprimer à Mexico un libelle se moquant d’une expédition qui n’avait livré bataille que contre « de pauvres Indiens ». Comment Madrid allait-elle démêler le vrai du faux ?

Guerrier javanais, Codex Boxer, c.1590
Cite this article as: Thomas Calvo, "Fake news dans la monarchie catholique : les nouvelles de la « Pacification » de Mindanao à Madrid," in Sucesos de Filipinas, 06/12/2018, https://filipinas.hypotheses.org/536.

La Relation des glorieuses victoires du roi Philippe IV aux Philippines

Pour les marchands de nouvelles et leurs lecteurs, la Nouvelle Espagne est un espace privilégié, une interface entre l’Asie et l’Europe. Aussi les feuilles mexicaines ont-elles la possibilité d’être réimprimées en Europe, voire traduites. Le galion de Manille accosta en 1637-1638, « pauvre de soies et d’autres choses de grande valeur […], mais très riche de faits heureux et prospères que les armes espagnoles ont obtenus dans cet archipel, » comme l’écrit le jésuite Diego de Bobadilla, un de ses passagers. A peine débarqué il se met à la tâche d’ordonner l’ensemble ; il en résulta une œuvre plus que composite, selon les pratiques journalistiques de l’époque, imprimée à Mexico en 1638 : Relation des glorieuses victoires obtenues sur mer et sur terre par les armes de notre Invincible Roi et Monarque Philippe IV le Grand aux îles Philippines, contre les maures de Mindanao. Il est à souligner qu’en 1663 Melchisedec Thevenot en publia à Paris des extraits dans sa compilation Relation de divers voyages curieux.

Mais par le même bateau arriva un rapport, très critique,sur cette expédition à Mindanao, rédigé par l’amiral de la Mer du Sud (le Pacifique) Jeronimo Bañuelos y Carrillo, De l’Etat des îles Philippines et de ses convenances, publié aussi en 1638 en Nouvelle Espagne. Comme il se doit, et pour contrebalancer l’autre, Thevenot traduisit également ce texte plus tard : Colbert souhaitait sans doute s’informer…

Reprenons le premier texte, la Relation des glorieuses victoires, passablement décousu. Il commence par la réédition d’un imprimé de Madrid de 1634 et relatant le miracle que François Xavier, apôtre des Indes, réalisa à Naples en faveur du jésuite napolitain Marcelo Francesco Mastrilli († 1637). Avec de tels antécédents le jésuite passa aux Indes Orientales, dans un premier temps aux Philippines. Il prit part à l’expédition montée au début de 1637 par le gouverneur des Philippines contre les maures (musulmans en fait) de l’île de Mindanao, au sud de l’archipel. Mastrilli relata son expérience dans une lettre dirigée à son provincial, et que reprend Bobadilla dans la relation.

Gerónino Valle de la Cerda y Villanueva, « Vida del dichoso y venerable Padre Marcelo Francisco Mastrilli De la compañía de Jesus, que murió en el Japón por la Fé de Christo, sacada de los processos autenticos de su vida y muerte », (1640) [lien]

Dans une large mesure la Relación de las gloriosas victorias est engluée dans des circonstances qu’elle tend à figer sur des modèles, sans doute méditerranéens ; ceux-ci traduisent les obsessions de la Monarchie et de ses élites : entre Dieu, la défense de sa religion, la tentation de l’universalisme et la délicieuse fruition d’un sentiment de décadence encore indéfinissable. C’était, aussi, ce doux poison que cette littérature, entre journalisme et conte exotique, contribuait à répandre.

« À chaque heure on m’apporte du secrétariat de nouveaux papiers »

Le 8 février 1639, le conseiller du Conseil des Indes, le juriste bien connu don Juan de Solorzano Pereira écrit au comte de Castrillo, son président. On l’achargé de lire la lettre que depuis les Philippines a écrit le jésuite MarceloMastrilli afin d’une éventuelle publication en Espagne. Don Juan hésite :« ce papier […] doit être véridique, et il est bien écrit » ; mais il a sur sa table « d’autres [lettres] de diverses personnes, quidisent [que l’expédition de Mindanao] est de peu de substance et peu considérable, et même elles disent qu’on y a plus perdu que gagné ». Et ici il fait référence explicite à « un Discours, ou traité, imprimé àMexico par don Geronimo de Bañuelos y Carrillo », c’est-à-dire le Tratado del estado de las islas Philipinas, que nous savons contraire à l’expédition et plus précisément à son chef, le gouverneur Sébastian Hurtado de Corcuera. Le juriste met particulièrement en relief que Bañuelos déclare que « les vaincus n’étaient pas des maures, sinon de pauvres Indiens ». Il avoue se trouver pratiquement submergé parl’affaire : « et à chaque heure on m’apporte du secrétariat de nouveaux papiers ». Ce n’est donc pas une petite histoire de simples publicistes, ou plutôt de là elle est remontée au plus haut niveau, preuve que la circulation de certaines informations ne laisse pas indifférent le Pouvoir.

Ainsi le prestigieux Solórzano Pereira lui-même est appelé à trancher. Mais est-il en mesure de le faire ? Il y a en premier lieu l’obstacle de la distance-temps, qui fait qu’il n’est pas encore informé de l’édition, à Mexico, de la pièce du jésuite Bobadilla. Il a à trancher par ailleurs sur une affaire qui s’est déroulée pratiquement deux ans plus tôt, aux antipodes. En soit ce laps de temps entre Manille et Madrid est court, presque un exploit pourl’époque, mais on sent que le conseiller des Indes est totalement dépendantd’une information non filtrée, mal contrôlée, et contradictoire. Ces papiers qui l’accablent s’étalent sur les deux ans, proviennent à la fois de Manille, Mexico, Madrid. Comment se déterminer ? En fait le nœud du problème, qui ici rend l’ensemble confus, c’est que celui qui est en cause est le gouverneurdes Philippines, et avec lui le tribunal de l’Audience à Manille, voire le vice-roi de Mexico qui a laissé imprimer certaines nouvelles mal contrôlées. Or c’est à eux, habituellement, à qui il revient de filtrer et garantirl’information qui remonte jusqu’à Madrid : ici ils ont été manifestement contournés, par une autre pièce de l’échiquier – l’amiral de laflotte des Indes – en Nouvelle Espagne, et hors de leur juridiction, dumoins pour les autorités de Manilla. Encore une fois le caractère composite de la Monarchie refait surface, avec ses divers niveaux de juridiction, desespaces-temps qui se calculent en années, des « trous d’information » équivalents, et qui mènent à des décisions plus ou moins assurées. Et le Conseil des Indes perd ses références. C’est une séquelle de la politique impérialesuivie : diviser pour régner ; dans ce cas le message reçu est largement parasité, diffus.

« Que dorénavant l’on ne publie plus de semblables choses »

Certains vont bien entendu mettre à profit ce trouble, tendre encore à l’accentuer pour leurs propres fins politiques. Le 14 avril 1639, le neveu du gouverneur Hurtado de Corcuera écrit depuis Madrid une lettre au Roi. Il sollicite dans un premier temps, au nom de son oncle, que si le remplaçant de celui-ci était déjà nommé, son parent puisse en être informé le plus rapidement possible. Et pour cela que la cédule royale y faisant référence soit envoyée « avec les navires pour l’Inde qui sont sur le point de partir, afin que, la recevant à temps, il puisse prévoir le nécessaire », organiser son voyage, s’embarquer pour Acapulco. Voilà une échappée qu’il ne faut pas négliger sur la circulation tout autant de l’information (administrative ou autre), que des hommes au niveau planétaire : l’Union des deux Couronnes (1580-1640), qui se termine alors, permet de jouer, selon les circonstances, à la fois sur la voie d’Orient (l’océan Indien) et d’Occident (Atlantique- Pacifique). Une circulation peut-être lente selon nos standards, mais qui sait profiter de tous les chemins, des différents calendriers, selon ses besoins.

On peut imaginer, à la suite de ces imbroglios, le malaise et la perplexité du Conseil des Indes, cherchant une sortie. Finalement, le 25 mai 1639 il va décharger le coup de bâton de façon habile et surtout inattendue sur celui quiau bout du compte, par sa précipitation, son imprudence, son manque deperspective quant à l’objet-libelle, est à l’origine de tous ces tourbillons : le propre vice-roi de Nouvelle Espagne, le marquis de Cadereyta. Le décret qui émane du Conseil est comme la feuille de route de la Monarchie en matière de relaciones de sucesos, claire et tranchante. On reproche au vice-roi d’avoir autorisé le« livre » de l’amiral Bañuelos :

Histoire des martyrs du Japon depuis l’an 1612 jusques à 1620, composée en Trigault, Nicolas (1577-1628), via Gallica

Mais cette lettre du neveu présente un autre intérêt. Elle démontre que le clan Hurtado de Corcuera est parfaitement informé de ce qui se passe, au niveau des publi­cations et des incertitudes du Conseil. Il s’agit alors pour lui d’établir des contrefeux. Ainsi le neveu fait parvenir au Conseil, et plus précisément à Solórzano, « un traité intitulé Ynterim satisfactorio, dédié au comte de Castrillo, à qui ledit amiral Bañuelos a offert le sien », jugé ici bien entendu calomnieux. C’est donc une vraie guerre de libelles qui se prépare, et cela entre de fidèles serviteurs du Souverain. Doublée d’une guerre de couloir : nous nesavons rien dudit traité, sinon qu’il est dédié au président du Conseil, mais derrière lui, c’est le Roi qui est visé. Ce qui porte une atténuante à cette opinion publique qui serait en germe : fina­lement le donateur et le réparateur de l’honneur et de la réputation reste le monarque. Aussi la principale supplique que présente le neveu, c’est que « des paroles honorifiques par lesquels Votre Majesté honore les mérites et les services du gouverneur, » se logent au cœur de la cédule royale envoyée.

en ce qu’il contredit l’expédition que fit le gouverneur de Philippines au Mindanao, il ne semble pas qu’il faille porter atteinte aux actions et aux armes de Sa Majesté. Surtout lorsque cela se fait sans être suffisamment informé et avec des buts particuliers. [Que le vice-roi] soit vigilant dorénavant, afin que l’on n’imprime pas de semblables choses, sans lesavoir reconnues de façon très précise. Car il faut toujours honorer et rendre justice aux gouverneurs de Sa Majesté.

Pour l’historien, autres préoccupations, les leçons sont ailleurs. Il y a, en ce moment, après près d’un siècle de tâtonnements, de réussites, de Venise à Mexico et Manille (pour le moins), des avvisi aux relaciones de sucesos, de réels progrès dans la circulation des nouvelles : qui le nierait ? Elle touche aux confins du monde, elle s’accélère : au bout de quelques mois Mexico sait tout de ce qui vient de se passer au Mindanao, et de là l’information se propage. Quelques nœuds deviennent essentiels, autant ou plusque Venise : Manille, Mexico, dans une moindre mesure Lima ; et avec des itinéraires complexes, par le Pacifique, l’Indien, voire, un peu plus tard, la paix revenue, par Batavia et Amsterdam, voire à travers le Proche-Orient, la Moscovie…. Une nouvelle géographie des communications se met en place.

Relaciones de sucesos consultées 

Archivo General de Indias, FILIPINAS, 8, R.3, N.104, Peticiones y documentos sobre el gobierno de Corcuera

Bañuelos y Carrillo, Jerónimo, Del estado de las islas Philipinas y de suconveniencia, Puebla, 1638.

García Garcés, Padre, Relación de la persecución que hubo en la Iglesia de Iapon y de los insignes martyres que gloriosamente dieron sus vidas en defensa de nuestra Santa Fe el año 1622, México, 1624, 4°.

Histoire des martyrs du Japon depuis l’an MDCXII jusques a MDCXX. Composée en Latin par leR. P. Nicolas Trigaut, de la Compagnie de Jésus. Et traduite en françois par leP. Pierre Morin, de la mesme Compagnie, Paris, 1624, consultable sur Gallica.

Relacion de las gloriosas victorias que en mar y tierra an tenido las Armas de nuestro invictissimo Rey y Monarca Felipe IIII el Grande en las Islas Filipinas contralos moros de la gran Isla de Mindanao, Mexico, 1638.

Thevenot, Melchisedec, Relation de divers voyages curieux, Paris, 1663, consultable sur Gallica.

Quelques lectures

Petitjean, Johann, « Mots et pratiques de l’information.Ce que aviser veut dire (XVIe-XVIIe siècles) », Mélanges de l’Ecole Française de Rome, n° 122, 2010.

Rault, Didier, « La información y su manipulación en las relaciones de sucesos. Encuesta sobre dos relatos de batallas navales entre españoles y holandeses (1638) », Criticón n° 88 (2002).

Schmidt, Peer, La monarquía universal española y América. La imagen del Imperio español en la guerra de los Treinta Años (1618-1648), México, FCE, 2008.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search