Pacifique : à la croisée des empires : XVIe-XIXe siècle [Reseña/Compte rendu]

Bernard Lavallé, Pacifique : à la croisée des empires : xvie-xixe siècle, Paris, Éditions Vendémiaire, 2018, 353 p.

Compte-rendu paru dans la revue Caravelle: Guillaume Gaudin, « Bernard Lavallé, Pacifique : à la croisée des empires : xvie-xixe siècle », Caravelle [En ligne], 112 | 2019, URL : http://journals.openedition.org.inshs.bib.cnrs.fr/caravelle/6083

Bernard Lavallé – membre du comité de rédaction de la revue Caravelle – continue son travail de passeur : depuis des années les étudiants d’histoire et de civilisation hispanique compulsent son manuel maintes fois réédité L’Amérique espagnole : de Colomb à Bolivar (Belin, 1993) ; aussi le lectorat français (tant spécialiste qu’éclairé) profite de ses précieuses synthèses sur les Eldorados d’Amérique : mythes, mirage et réalités (Payot, 2011) et Une histoire de l’évangélisation en Amérique espagnole, xvie xviiie siècle (Payot, 2014). Avec son nouveau livre, Bernard Lavallé s’attaque à l’histoire d’un espace peu connu, le Pacifique, comparé à l’Atlantique et l’Amérique. Certes l’historiographie française est pionnière dans ce domaine avec les travaux de Pierre Chaunu (amplement cité par B. Lavallé), et des publications récentes (les livres de Clotilde Jacquelard et de Romain Bertrand) qui ont pointé les projecteurs sur les Philippines espagnoles. Toutefois, le Pacifique attendait un auteur capable de donner à lire une synthèse historique reposant sur la meilleure et la plus actuelle bibliographie. Bernad Lavallé, disposant d’une connaissance encyclopédique de l’Amérique espagnole – qui plus est spécialiste de la région andine, donc du Pacifique sud-est –, était l’historien idoine pour mener à bien cette entreprise. Néanmoins, l’ampleur du sujet appelait à faire des choix qui se sont portés sur les échanges commerciaux et la géopolitique comme thématiques privilégiées par l’auteur. Aussi le point de vue est-il surtout hispanique (les Philippines et le commerce interaméricain dans l’est du Pacifique). De plus, une grande partie du livre porte sur le Pacifique de la première mondialisation, au xvie siècle, au temps des « découvertes » européennes de l’Amérique et de l’Asie du Sud-Est à la recherche d’or et d’épices, puis la mise en place d’un pouvoir et d’un commerce européen dans la région.

Cette approche permet ainsi de « décentrer le regard » d’une histoire atlantique devenue monumentale et de renouveler les questions sur la dimension planétaire des empires ibériques, la colonisation, la navigation, l’économie, l’expansion européenne avec les rivalités entre puissances.

L’océan Pacifique, pour reprendre la formule de Chaunu, ce sont quinze Méditerranées ou trois Atlantiques : un immense espace maritime qui finit par connecter deux continents qui s’ignoraient jusque-là, l’Amérique et l’Asie. Ses littoraux sont explorés par les Européens à partir de 1512 quand les Portugais arrivent sur sa façade occidentale, aux Moluques – les fameuses îles aux Épices. Parallèlement, en 1513, le conquistador Vasco Nuñez de Balboa traverse l’isthme de Panama, contemple la « Mer du Sud » dont il prend possession au nom de la Couronne espagnole. Les multiples entreprises hispaniques pour atteindre les Moluques en traversant le Pacifique échouent (la plus célèbre est celle menée par Magellan), jusqu’en 1565 : année durant laquelle fray Andrés de Urdaneta réussit pour la première fois la traversée d’ouest en est – des Philippines aux côtés mexicaines – du Pacifique. Dès lors, la connexion des quatre parties du monde est accomplie et change pour toujours le visage de l’économie mondiale : l’argent américain est échangé contre des produits chinois et sud asiatiques vendus en Amérique et en Espagne, via le fameux « Galion de Manille ». C’est d’abord cette question économique – centrée sur le monde hispanique – qui a longtemps retenu l’attention des historiens : le Manila Galleon (Manille, 1939) de William L. Schurz, la thèse complémentaire de Pierre Chaunu déjà citée, Les Philippines et le Pacifique des Ibériques (Paris, 2 vols., 1960-1966) et le Spanish Lake (Canberra, 1979) d’Oskar Spate, jusqu’aux travaux récents de Carmen Yuste et Mariano Bonialian ou les recherches sur la fiscalité et du « situado » de Luís Alonso. Le corollaire de cette histoire du galion se trouve dans le thème de la navigation étudié par Gabriela Pinzón ou Thomas Calvo ; ou l’histoire des sciences portée par Salvador Abreu par exemple. L’autre volet important de la recherche sur le Pacifique s’est naturellement focalisé sur la colonisation espagnole des Philippines : pionnier en la matière en France, Xavier Huetz de Lemps (spécialiste du xixe siècle), suivi par Clotilde Jacquelard et Jean-Noël Sanchez ; au Mexique, les travaux de Paulina Machuca portent sur les échanges de plantes comme le palmier de coco. Cette liste est loin d’être exhaustive, elle vise simplement à montrer l’ancrage, le dynamisme et la dimension internationale de l’historiographie sur le Pacifique dans laquelle Bernard Lavallé a pu puiser pour sa synthèse.

Au fil des siècles de l’ère moderne, le Pacifique devient un (autre) terrain de rivalités européennes, une aire d’échanges et de transferts à la « croisée des empires » soumis à l’immensité des distances, à l’imprévisibilité des ruptures de communications ; c’est aussi un espace de contacts inédits et nouveaux entre des peuples qui s’ignorent jusque lors. L’impact de l’ouverture d’un commerce transpacifique à partir des années 1570 fut considérable tant en Asie, où l’argent américain a probablement joué un rôle important dans l’économie monétaire et la politique chinoise, jusqu’à la diffusion de produits asiatiques dans tout le continent américain.

Le livre est divisé en 12 chapitres. Les cinq premiers reviennent précisément sur les moments fondateurs d’un Pacifique espagnol : 1513, Nuñez de Balboa traverse l’isthme de Panama ; 1519-1522, la circumnavigation de Magellan-Elcano ; 1530-1530, les tentatives de Cortes d’ouvrir une voie vers l’Asie ; fin xvie siècle, les expéditions de Mendaña et Quiros en Océanie ; à partir de 1565, la conquête des Philippines par Legazpi. Les trois chapitres suivants traitent des espaces commerciaux constitués par le Galion de Manille et les échanges interaméricains via le Pacifique oriental, ainsi que des appétits que suscitent les nouvelles richesses chez les rivaux européens, hollandais, anglais et français. Les quatre derniers chapitres portent sur les xviiie et xixe siècles, les reconfigurations commerciales opérées par la politique des Bourbons et la fin de l’hégémonie hispanique, l’autonomisation progressive du commerce américain, jusqu’aux indépendances américaines du début xixsiècle qui mettent fin au Galion de Manille et enfin, en 1898, l’indépendance des Philippines.

En dernière analyse, la synthèse de Bernard Lavallé permet de comprendre que le Pacifique est surtout un vaste espace vide (le plus vaste de notre planète). Les îles du Pacifique sont longtemps méconnues des Européens ou bien constituent seulement des étapes dans la navigation (les îles Mariannes), puis viennent les expéditions scientifiques du xviiie siècle (Bougainville, Cook, Malaspina), et enfin la colonisation du xixsiècle (le protectorat français sur Tahiti date de 1843). Ainsi, l’histoire du Pacifique de B. Lavallé est davantage l’histoire des deux façades océaniques plus que de l’océan, lequel était franchi une fois l’an (dans le meilleur des cas) par un fragile fil de communication que constituait le Galion de Manille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search